La Révolution contre l'esclavage : la Société des amis des Noirs

C’est ici, chez le député Brissot, que se réunit à partir de 1788 la « Société des amis des Noirs ». Fondée juste avant la Révolution sur le modèle britannique de la Société contre l’esclavage, elle vise à convaincre les députés d’abolir la traite négrière et, à terme, l’esclavage. Il faut dire, qu’à cette époque, la France possède Saint-Domingue : sur cette île des Antilles, le sucre est produit par près de 500 000 esclaves, qui survivent dans des conditions inhumaines ou meurent rapidement ! Les efforts de la Société finissent par payer en 1794, quand les députés français, acculés par les révoltes des esclaves qui paralysent l’île, votent une des premières abolitions de l’esclavage de l’histoire.

Pour en savoir plus

Libérer les esclaves

Le 4 février 1794, les députés français votent l'une des premières abolitions de l’esclavage de l’histoire ! Dans beaucoup de communes de métropole, des fêtes sont organisées : la Révolution française ne vient-elle pas, une fois de plus, de prouver qu’elle est plus émancipatrice et universelle que toutes les autres ? Mais l’imaginaire colonial reste fort : intitulées « Moi libre aussi », les images qui fêtent l’abolition donnent une vision condescendante et passive des anciens esclaves. En réalité, sans leurs révoltes et leurs revendications répétées, les députés français n’auraient probablement jamais pris une telle décision !

« Moi libre aussi », 1794
« Moi libre aussi », 1794
#ParcoursRevolution
Suivez-nous sur Facebook