J-B Réveillon : un nouveau riche dans un quartier populaire

Le saccage de la folie Titon - Pillage de la maison Réveillon au faubourg Saint-Antoine le 28 avril 1789, propriété de Jean-Baptiste Réveillon (1725-1811)
Le saccage de la folie Titon - Pillage de la maison Réveillon au faubourg Saint-Antoine le 28 avril 1789, propriété de Jean-Baptiste Réveillon (1725-1811)

Quand l’émeute éclate fin avril 1789, Jean-Baptiste Réveillon est un modèle de réussite. Cet entrepreneur a fait fortune dans les papiers peints, un produit dont raffolent les nobles et bourgeois des villes. Ouvert au marché mondial, il lance des modèles inspirés des modes anglaises et même asiatiques. En 1789, c’est un homme riche. Sa maison, la « folie Titon » de la rue de Montreuil, est un étalage de luxe au cœur d’un quartier très populaire : le faubourg Saint-Antoine, où logent une partie de ses ouvriers. Tant qu’il donne du travail, cette richesse est acceptée. Mais quand la rumeur court qu’il veut baisser le salaire déjà dérisoire de ses ouvriers, les populations des faubourgs font éclater leur colère. Quelques semaines plus tard, Réveillon se défend : « Jamais la calomnie n'a été plus injuste, et jamais elle ne m'a paru plus cruelle ! Un mot ce me semble, suffirait pour me justifier. De tous les ouvriers qui travaillent dans mes ateliers, la plupart gagnent 30, 35 et 40 sous par jour ; plusieurs en ont 50 ; les moindres en reçoivent 25. Comment donc aurais-je fixé à 15 sous le salaire des ouvriers ? (…) J’ignore ou je ne puis pas dire précisément quelle bouche impure a soufflé la rage dans le cœur de tous ces malheureux ; mais je sais qu'on a ourdi avec artifice les calomnies qui les ont égarés ; je sais qu'on les a échauffés graduellement ».

Localisation

Itinéraire

31 rue de Montreuil, 11e

Suggestion

Le quartier de la Bastille
Un club révolutionnaire
#ParcoursRevolution
Suivez-nous sur Facebook